Salle de presse

Vous êtes ici

Le 24 octobre 2012

Déclaration du commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick relativement aux données du Recensement de la population de 2011 portant sur la diversité linguistique du Canada

C’est avec grand intérêt que nous avons entrepris aujourd’hui l’examen des données de Statistique Canada concernant les caractéristiques linguistiques des Canadiens. L’analyse de ces données requiert du temps; il m’est donc impossible de commenter en détail les résultats. Voici néanmoins mes premières réactions.

Les données de Statistique Canada relativement à la langue au Nouveau-Brunswick me préoccupent. En effet, malgré une légère hausse de personnes parlant le français dans la province, la proportion du nombre de francophones au Nouveau-Brunswick a diminué.

Statistique Canada dit d’ailleurs « qu’au Nouveau-Brunswick, la part du français semble connaître un certain recul, peu importe la caractéristique examinée ».  Voilà une déclaration qui devrait retenir l’attention du gouvernement provincial et nos deux communautés linguistiques.

La vitalité de la langue française au Nouveau-Brunswick repose sur plusieurs facteurs. C’est pourquoi le gouvernement provincial devrait se doter d’une approche globale pour assurer la vitalité de nos deux communautés linguistiques. Je crois que les données de Statistique Canada démontrent la pertinence d’une telle approche.

Il est intéressant de noter que Statistique Canada précise que « c’est l’immigration internationale qui influe le plus sur l’évolution du français au Canada ».

L’an dernier, j’ai recommandé que le gouvernement adopte des lignes directrices claires afin que ses pratiques en matière d’immigration profitent d’une manière égale aux deux communautés linguistiques. Le gouvernement m’a répondu qu’une telle politique était en voie d’élaboration; j’ai hâte d’en prendre connaissance.


-30-

Renseignements :
Hugues Beaulieu
Directeur des affaires publiques et de la recherche
506-444-4229 ou 1-888-651-6444
Hugues.Beaulieu@gnb.ca