Salle de presse

Vous êtes ici

Le 20 novembre 2014

Les droits linguistiques des Néo-Brunswickois expliqués

Fredericton, le 20 novembre 2014 – Le Commissariat aux langues officielles du Nouveau-Brunswick publie aujourd’hui sur son site Web la première d’une série de fiches d’information sur les droits linguistiques des Néo-Brunswickois. Cette première fiche décrit les obligations linguistiques des ministères provinciaux et des sociétés de la Couronne envers les citoyens.

« Les droits linguistiques sont des droits fondamentaux, a déclaré la commissaire aux langues officielles, Katherine d’Entremont. Les gens doivent bien les connaître afin de pouvoir les exercer pleinement. Cette série de fiches a pour but d’expliquer en termes simples ces droits tout en abordant d’autres questions liées aux langues officielles. »

La première fiche d’information précise que les organismes publics doivent offrir activement leurs services en français et en anglais.

« L’offre active de service signifie que, dès le premier contact, l’employé a l’obligation d’informer le citoyen que les services sont disponibles dans les deux langues, a expliqué Mme d’Entremont. Ce n’est donc pas au citoyen de demander un service dans sa langue, mais à l’employé de le lui offrir. Une fois que le citoyen a choisi une langue, ce choix doit être respecté tout au long de la chaîne de services. »

La commissaire a précisé qu’un employé ne devrait jamais chercher à déterminer si le citoyen parle l’autre langue officielle une fois que ce dernier a exprimé son choix de langue : « Le choix de langue appartient au citoyen, non à l’employé. »

On peut aussi lire dans cette première fiche que les droits linguistiques des citoyens s’appliquent à tous les types de communication. À cet égard, la commissaire d’Entremont rappelle que les organismes publics doivent respecter pleinement leurs obligations lorsqu’ils ont recours aux médias sociaux : « Par exemple, tous les gazouillis destinés au grand public doivent être affichés simultanément dans les deux langues. Le statut d’égalité des deux langues et des deux communautés linguistiques officielles exige que tout affichage ou publication à l’intention du grand public soit fait simultanément en français et en anglais. »

Le Commissariat aux langues officielles publiera d’autres fiches sur les droits linguistiques des Néo Brunswickois au cours des prochains mois. Cette initiative s’inscrit dans le mandat du commissaire de promouvoir l’avancement des deux langues officielles. L’initiative vise aussi à donner suite au Rapport du Comité spécial de révision de la Loi sur les langues officielles de 2013, dans lequel le comité affirme souhaiter « que le commissaire déploie plus d’efforts pour mieux faire connaître son rôle auprès de l’ensemble de la population ».

Katherine d’Entremont a conclu : « Le rapport du Comité souligne qu’une plus grande sensibilisation de l’ensemble de la population au statut bilingue de la province est nécessaire. Cette série de fiches sera utile pour atteindre cet objectif. »

On peut consulter et imprimer cette première fiche d’information en se rendant sur le site Web du Commissariat au www.languesofficielles.nb.ca.

Pour de plus amples renseignements :

Hugues Beaulieu
Directeur des affaires publiques et de la recherche
506-444-4229 ou 1-888-651-6444
Hugues.Beaulieu@gnb.ca


Au sujet de la commissaire aux langues officielles

La commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick est une agente indépendante de l’Assemblée législative. Son rôle est de protéger les droits linguistiques des membres des communautés francophone et anglophone et de promouvoir l’avancement des deux langues officielles.