Salle de presse

Vous êtes ici

Le 1 Avril 2011

« Ma passion première, c’est l’écriture » - Vincent Bossé

Le 1 avril 2011

Vincent Bossé est bilingue. Sa première langue est le français et il en est fier. « La langue française est si riche et si développée. C’est important de la souligner et de la mettre en valeur si on veut la conserver ». Il croit aussi que son apprentissage de l’anglais lui a ouvert des portes et va lui permettre d’aller plus loin plus tard. « Les cours d’anglais ont commencé à l’école, en 3e année. Au début, je trouvais ça difficile d’apprendre une deuxième langue, mais j’écoutais des émissions en anglais pour m’aider. Je me suis aussi joint à un comité d’écriture en 10e année ».

Natif de St-Hilaire, cet élève de 12e année à la Cité des Jeunes A.M.-Somarny d’Edmunston est impliqué dans le journal étudiant et a sa propre émission sur les ondes de CFAI tous les jeudis soirs. Inscrit à l’Université de Moncton en Information/Communication pour la rentrée prochaine, il dit avoir choisi ce domaine parce que c’est un coup de cœur. « Ma passion première, c’est l’écriture. J’écris beaucoup en français (poèmes, chansons, etc.) et depuis que je sais écrire en anglais, cela m’a permis d’ajouter une nouvelle dimension à mon écriture, je peux maintenant explorer cela en anglais ».

Vivant dans une région majoritairement francophone, Vincent dit quand même avoir l’occasion de pratiquer l’anglais car il côtoie souvent des clients anglophones dans le cadre de son travail. « C’est vraiment plaisant de pouvoir mettre en pratique ce que j’ai appris dans mes cours d’anglais. On apprend en pratiquant! »

Apprenez-en davantage sur l’engouement de Vincent pour les langues en lisant son article ci-dessous qui a paru le 4 mars 2011 dans l’Espace Jeunesse de l’Acadie Nouvelle.

***********************************

« You're so lucky, you're bilingual » (« Tu as de la chance; tu es bilingue »*)
Vincent Bossé

Cela fait maintenant presque trois ans que je travaille comme caissier dans une chaîne de restauration rapide. Ce que j'aime principalement de mon emploi, c'est l'interaction avec les gens. Certes, comme dans n'importe quel travail nécessitant un service à la clientèle, ce n'est pas toujours évident de satisfaire tout le monde. Toutefois, en gardant toujours le sourire, ça devient généralement plus facile de gérer les situations plus complexes. La majorité du temps, j'entends de beaux commentaires sur mon travail - qui me font sourire - et cela me pousse à continuer.

En hiver comme en été, beaucoup de touristes viennent de partout pour découvrir la ville ou encore pour passer du temps avec des membres de leur famille; alors que d'autres font seulement une petite pause au resto avant de poursuivre leur route.

Récemment, une dame souriante vient à ma caisse. Je lui réponds par un traditionnel: « Bonjour! » Elle est anglophone et passe sa commande : « I'll have a number two with a coffee, please » (« Est-ce que je peux avoir un numéro 2 avec un café s’il vous plaît? »*). Je lui demande donc, tout naturellement : « And what do you want in it? Cream and sugar? » (« Et que voulez-vous dans votre café? De la crème et du sucre? »*). Et avec un beau grand sourire, elle me dit : « You're so lucky, you're bilingual » (« Tu as de la chance; tu es bilingue »*). Ma première réaction a été de lui répondre : « Well, I don't really have a choice, I'm working in a restaurant » (« Je n’ai pas vraiment le choix, je travaille dans un restaurant »*). Ensuite, j'y ai repensé. Sa remarque m'a vraiment fait sourire. Ce n'est pas quelque chose à laquelle je pense régulièrement, puisqu'on nous apprend l'anglais dès la 3eannée, mais c'est quand même toute une chance de pouvoir s'exprimer dans les deux langues alors que plusieurs gens sont limités à l'une ou l'autre.

La langue française est si riche et si développée, c'est une fierté pour moi de la parler couramment depuis mon enfance. C'est important de la souligner et de la mettre en valeur si on veut la conserver pour au moins les 100 prochaines années. L'anglais, pour sa part, est une langue passe-partout, je dirais même universelle. Peu importe où nous sommes dans le monde, en connaissant une petite base d'anglais, il y aura toujours une façon de parvenir à se faire comprendre.

Bref, je considère que cette dame m'a fait un cadeau en me faisant réaliser l'importance que ces deux langues ont dans ma vie. Avant de partir, elle m'a dit : « Have a nice day! » (« Bonne journée! »*). Et je lui ai répondu: « In french, you say bonne journée! » (« En français, on dit bonne journée! »*). Elle m'a souri et a dit avec l'accent : « Bon journée! ».

*notre traduction